Jussy-Champagne

1 place de l'Eglise
18130 Jussy-Champagne
Tél.: 02 48 25 00 44
mairiejussychampagne@wanadoo.fr
MAIRIE
1 place de l'Eglise
18130 Jussy-Champagne
Tél.: 02 48 25 00 44
E-mail : mairiejussychampagne@wanadoo.fr

HORAIRES

Lundi de 8h30 à 12h30 et de 14h à 18h
Mardi de 8h30 à 12h30
Mercredi de 14h à 18h
Vendredi de 8h30 à 12h30.


Charmant petit village d’environ 200 âmes.

PARTAGER

La commune

Situé en bordure du Polygone de tirs dans le sud-est de Bourges pour une vingtaine de kilomètres, et assis sur les bords d’une vallée bordée par un ruisseau le Craon, Jussy-Champagne a le rare privilège d’avoir son identité formée par deux monuments classés monuments historiques : une église du Berry Roman datée du début du XIIe siècle en bon état (classement MH en 1911) et un magnifique château du XVIIe siècle (classement MH en 1946), propriété privée.

 

La culture des céréales, de colza et de tournesol, ainsi que l’élevage bovin sont les principales activités de Jussy-Champagne. Le dernier commerce du village a fermé il y a quelques années.

 

La municipalité dispose d’une salle des fêtes appelée « le clos Saint André », un ancien couvent construit au milieu du XIXe siècle, équipée d’une cuisine et qui peut être louée (réservation au secrétariat de mairie).

 

L’école primaire comprend deux classes et accueille une quarantaine d’élèves de grande section, de CP et de CE1 dans le cadre d’un RPI (Regroupement Pédagogique Intercommunal) avec les villages de Crosses, Vornay et Annoix. Les élèves bénéficient d’un ramassage scolaire pour se rendre au collège de Dun-sur-Auron et dans les différents établissements de Bourges.

 

En raison de la fermeture de la route Jussy-Avord durant les expérimentations de la DGA-TT sur le Polygone, les services se trouvent depuis des années à Dun-sur-Auron : gendarmerie, poste, collège, paroisse, médecins, etc.

 


BLASON

L’emblème de Jussy-Champagne a la forme d’un écu français ancien. La fasce ondée d’argent qui le traverse est le reflet de la rivière Craon qui passe dans le village. Trois couleurs sont utilisées: l’or représente les moissons, l’azur le ciel berrichon, c’est aussi la couleur des anciens seigneurs de Jussy, et le rouge pour faire ressortir les motifs. L’écu est divisé en quatre: la coquille et le cœur pour signifier que Jussy est sur la route Jacques Cœur, les épis de blés rappellent l’agriculture céréalière de la Champagne Berrichonne et le mouton est l’animal emblématique du Berry.


Historique de la commune …

Le site de Jussy-Champagne est occupé depuis des temps très anciens. En effet, la découverte en 1887 et 1888 d’emplacements de huttes de l’époque de la pierre polie dans la sablière de Quincampoix attestent d’une présence humaine à Jussy dès le néolithique.

 

Déjà vers 1850, en tirant du sable proche du Domaine de la Gachonnerie, la découverte de plusieurs squelettes d’une grosseur extraordinaire attestait de restes d’hommes d’une force gigantesque sans que l’on puisse les dater. Pareilles découvertes avaient été faites vers 1840 dans le bourg lors du déplacement du cimetière qui était autour de l’église. Enfin, dans les terres de Biou (hameau disparu actuellement situé sur le Polygone de tir), il y avait au milieu du XIXe siècle, un tertre assez considérable que l’on appelait « la motte de Biou » dont on ne connaît pas l’origine. Il est possible que ce tertre date de l’époque gallo-romaine.

 

Entre l’époque gallo-romaine et le XIIe siècle, on ne sait rien ou presque de Jussy. A partir du
XIIe siècle, Jussy est le fief des seigneurs de Charenton qui fortifient près du Craon, rivière qui traverse le village, une motte féodale dite de Remord qui deviendra une maison forte appelée « vieux château de Quincampoix ». Ce château qui avait été habité par les seigneurs de Quincampoix a disparu. Les pierres ont servi à construire des maisons à Jussy, la motte a été nivelée en 1873 mais les vastes fossés d’enceinte étaient encore visibles en 1887.

Au XVe siècle, les terres de Jussy sont propriétés des seigneurs de Gamaches, membres de la Maison du roi Charles VIII. François de Gamaches entreprend la construction d’un nouveau château à la fin du XVIe siècle. Le château actuel sera achevé vers 1650. Ce château est construit sur le Craon en remontant à l’est cinq à six cent mètres plus haut que l’ancien château. C’était jadis un château fort avec des meurtrières et on y parvenait par des ponts levis.

 

L’histoire du village devient alors celle des seigneurs et châtelains de Jussy: les familles Gamaches (XVe au XVIIe), Gaucourt (XVIIIe), Champgrand (XVIIIe et XIXe), Bengy (XIXe), d’Amécourt (XIXe au XXIe).

Au début du XXe siècle, la commune sera profondément bouleversée par l’extension du Polygone de tirs commencée en 1917. Elle se trouvera amputée de plus de la moitié de ses 2744 hectares, de nombreux hameaux furent évacués (Biou, Craon, Ravois) et leurs habitants quittèrent le village. Le village passera en quelques années de 700 habitants (recensement 1861) à 256 habitants (recensement 1936). Durant la Seconde Guerre mondiale, le village sera traversé par la Ligne de démarcation (1940-1943).


Le château…

Au détour d’un bras du Craon, dans un décor champêtre aux arbres séculaires, il séduit par l’harmonie de la brique et de la pierre heureusement associées. Les deux remarquables galeries à arceaux de sa cour d’honneur attribuées à l’architecte berrichon Claude Lejuge, sont surmontées de claveaux saillants.

Au XVIIIe siècle, les Labbe de Champgrand, aïeux des propriétaires actuels, remanièrent les appartements en les enrichissant de boiseries et de trumeaux, tout en conservant dans la salle à manger une imposante cheminée de pierre du XVIIe siècle, finement sculptée et incrustée de marbre. La chapelle date des XVII et XVIIIe siècle. Le parc à l’anglaise qui entoure la propriété, réalisé par l’un des plus grands paysagiste français du XIXe siècle, le comte de Choulot, a été miraculeusement conservé. »

Le château est ouvert au public en été du 8 juillet au 21 août, l’après-midi.


L’église…

L’église qui a été construite à l’époque romane au début du XIIe siècle est dédiée à Saint André. Elle subit des mutilations graves au moment des Guerres de religions. Elle a par contre très peu souffert de la Révolution. L’église est surtout remarquable pour sa façade qui illustre de nombreux ouvrages sur l’architecture romane en Berry et qui ne manque pas d’interpeler les visiteurs.

 

L’église a été agrandie une première fois au XVe siècle par Jehan de Gamaches (1450-1514), alors propriétaire du château, qui fit construire une chapelle au sud. En 1844, l’abbé Regnault rassembla dans cette chapelle les pierres tombales éparses qui se trouvaient dans l’église. Il donna à l’église son apparence définitive en lançant de grands travaux. Ainsi, une seconde chapelle sera construite au nord en 1842. Il fit également abattre la minuscule sacristie existante pour faire construire l’actuelle sacristie inaugurée en 1845.

L’intérêt de cette petite église, c’est aussi la grande quantité de vêtements liturgiques en excellent état de conservation qui se trouve dans la sacristie. Plus de deux cents pièces ont été répertoriées dont certaines sont présentées au cours d’expositions temporaires organisées par l’association locale « les amis de l’église saint André ».